Versió Ardennaise

Le corbeau et le renard

Y' avot in jou in corbac Qu'était adjouquie à la tête d'un arb' Et qui tnait dans sa bec in fromach'.

Mais y'en avot aco in Qu'avait rouetté l'fromach de c'verrat là Et qui s'demandot Coumma qui f'rot bin pou l'agreppie.

I li dit: "Oh, t'es rudment biauannuit ! T'es les plumes qui sont aussi belles qu'un rossignol ! Mais ma foi, y'en avait même qui disaient Qu'tu chantot aussi bin qu'lou. Ca m'étonnerait mie Ton père chantot ça si bin

Le corbeau n'se sentot pu d'aise ; I's'mit à s'trimuchie su l'brinchette Et n'savot pu qué grimace faire.

Mais coumme pou chantie, faut ouvrie sa bec, Ouf, v'là fromach qui dévale. L'aut' lavale aco pu vite.

Et quand il eut fini, i li dit : "Eb bin, ma vaillant, J'ma va t'baillie un bon conseil. Quand y'en arait qui diront Qu't'es biau et qu'tu chantes bin, Tu sarais qu'c'est pou s'fout de ti."

"Va j'l'ai bin vu, li dit l'aut, Mais jamais pu d'ma vie Ni ti, ni tes pareils à ti Ne m'raront."

C'qui pouve bin, mes afants, Qu' les lobeux finiront toujours De prendre ceusses qui sont assez bêtes Pou les écoutie.